Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NE PLUS MANGER DE VIANDE C'EST POSSIBLE ET C'EST IMPERATIF...Aurore Lenoir

Grâce à la médiatisation des coulisses scandaleuses de certains abattoirs et élevages, les consommateurs commencent à se poser des questions sur la viande qu’ils achètent. Voire, font le choix de ne plus en consommer.

 

 40560603_1088992694595240_3958862147760422912_n.jpg

« Il y a une forte tendance sociale à prendre conscience de ce qui se passe dans les abattoirs et dans la majorité des élevages, observe Aurore Lenoir, présidente de l’association animaliste creusoise L-PEA. C’est révélateur d’une évolution morale de nos sociétés. Dans l’industrie de la viande, tout est fait pour nous éviter de penser à l’animal sur pied : si on remet les choses dans leur contexte, quand on mange une tranche de jambon, on gaze un cochon, qui aura été préalablement castré à vif, à qui on a coupé la queue à vif aussi. Il n’y a pas de viande sans souffrance et ça, les consommateurs commencent petit à petit à s’en rendre compte. »

Le bien-être animal, Aurore Lenoir n’y croit pas, c’est pour elle un argument commercial et politique qui ne sert qu’à traverser au mieux les scandales. « Ça ne fait du bien qu’à la conscience du consommateur et à l’intérêt politique et ça ne change rien à la réalité des animaux. Mettre un perchoir dans les cages des poules pondeuses pour ne plus qu’elles piétinent leurs congénères, on résume le bien-être animal à ça ? ».

Manger de la viande n’est pas une nécessité

Les images révoltantes de certains abattoirs ont rappelé ce que le consommateur avait oublié, « trois millions d’animaux sont tués chaque jour en France, parfois dans des conditions déplorables, pour satisfaire un simple plaisir gustatif ».

Pourtant, manger de la viande n’est pas une nécessité, « ni nourricière, ni sanitaire », souligne Aurore Lenoir. Les recherches de l’Académie de nutrition et de diététique américaine, qui regroupe près de 100.000 nutritionnistes, affirment qu’un régime sans viande, correctement mené, « est adéquat sur le plan nutritionnel et présente des avantages dans la prévention de certaines maladies, notamment cardiovasculaires ».

L’association L-PEA, qui a gagné sa bataille contre le projet d’abattoir à Guéret et poursuit celui contre les « fermes-usines », ne cache pas son ambition première : « abolir l’exploitation des animaux ». Une société qui ne consommerait plus de viande pour des raisons éthiques mais aussi environnementales et sanitaires ? « Je pense que c’est possible et surtout que c’est impératif si on veut continuer à vivre sur Terre », explique Aurore Lenoir, qui rappelle les chiffres de l’industrie de la viande.

« On est sur un mode de production complètement absurde avec la viande : un kilo de bœuf c’est 15.500 litres d’eau, 1 kg de porc c’est 4.900 litres ; un kilo de pommes c’est 700 litres, un kilo de blé c’est 1.300 litres, on voit clairement la différence… On peut ajouter à cela les chiffres avancés par les Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture : l’élevage est responsable à 14,5 % de l’émission mondiale de gaz à effet de serre. C’est plus que les transports, aériens compris. »

TEXTE LPEA AURORE LENOIR

Écrire un commentaire

Optionnel