Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'AGNEAU DE PAQUES....

agneau.jpg

agneau5.jpg

Aux prix de traditions dont la jeunesse n'aura bientôt plus rien à faire. Et je vous le garantie, elle se rebellera contre toutes ces cruautés ! Le gigot de pâques dans votre assiette, c'est ça..Pensez-y !
""Au début du printemps, à l'approche des fêtes de Pâques, les agneaux sont soumis à un certain protocole de soins : le "docking".
Après les avoir marqués par une entaille à l'oreille, vermifugés, vaccinés, on leur coupe la queue puis on les castre.
On pratique la caudectomie pour éviter le développement des infections et donc des maladies, l'accumulation d'excréments entre la queue et le corps, pour empêcher les mouches d'y pondre (myases).
Il faut couper la queue de l'agneau avant qu'il atteigne l'âge de sept jours.
Les agneaux ont la queue coupée à l'aide d'un fer chaud. Cette pratique est remise en question pour des raisons de bien être animal, mais elle présente de nombreux avantages. En effet, souvent les fèces sont retenus par la queue et des mouches pondent dans cette zone : les larves se développent alors dans la chair les agneaux vivants.
Il est également possible de réduire le développement des mouches en faisant de la sélection génétique pour éliminer les moutons qui ont tendance à avoir le derrière sale.
De plus, lors de la tonte, les longues queues sont difficiles à tondre et souvent entaillées. On comprend alors pourquoi les queues des agneaux sont coupées. Une méthode alternative à l'utilisation du fer chaud est la pose d'élastiques, comme pour les bourses des mâles. La circulation du sang est alors coupée dans le bout de la queue, de même que les testicules, qui tombent d'eux-mêmes, au bout d'un certain temps.
Puis on castre les agneaux mâles, pour contrôler les naissances.
On serre un élastique autour des testicules des mâles pour limiter le développement des testicules, les garder proches du corps.
Les testicules étant exposés à la température plus élevée du corps, les mâles deviennent stériles. La testostérone est également produite en moindre quantité : la viande prend moins de goût que pour des agneaux non castrés, mais la croissance reste plus rapide que pour une castration complète où les testicules sont retirés.
Cependant, de grands élevages rendent impossible cette technique.
On doit attraper l’agneau, le tenir solidement contre soi par les pattes d’en bas et lui poser le bidon, bien dégagé sur l’étal de la boucherie sur la table d’opération.
Ensuite, tout va très vite. L’exécuteur en chef attrape un couteau bien aiguisé, tranche la petite queue toute mignonne d’un coup sec, pulvérise dessus un antiseptique et passe ensuite à l’ablation des testicules. La bourse est, à sa base, ligaturée par un anneau élastique (via un appareil spécial) puis ouverte d’un autre coup de couteau, sans anesthésie. Il ne reste plus alors qu’à plonger la main, choper les couilles et les arracher d’un coup sec via une torsion.
Les agneaux bêlent à fendre l’âme, gigotent, se pissent dessus et tentent par tous les moyens de rejoindre le troupeau de leurs congénères.
(...)
La castration est habituellement réalisée sans anesthésie ni analgésie et induisent des réactions de douleur importantes selon la méthode utilisée et l’âge de l’animal. La recherche a démontré que la castration des veaux, des agneaux et des chevreaux cause de la douleur aiguë et chronique.
L’âge de l’animal au moment de la castration est un déterminant primordial de l’étendue des lésions aux tissus, de l’inflammation et de la douleur provoquée.
La castration à l’aide d’une bague de caoutchouc semble causer de l’inconfort minimal aux agneaux âgés de moins de 10 jours.
Les effets de la castration sont particulièrement significatifs
sur la qualité des gras et des carcasses.
A partir de l'âge de trois mois, les agneaux castrés seront envoyés à l'abattoir. Ils seront égorgés. La plupart du temps conscients. Pour se retrouver dans l'assiette des consommateurs, en particulier à Pâques. "
*Tradition oblige, plus de 115 000 agneaux seront sacrifiés cette année encore pour Pâques.
(Source : Pauvre petit mouton from Yukon/L'association canadienne des médecins vétérinaires/30 millions d'Amis)

Écrire un commentaire

Optionnel