Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Que reproche-t-on aux renards?

Que reproche-t-on aux renards?

Il commettrait des dégâts !
Le renard se nourrit d'abord de petits rongeurs, mulots, campagnols et rats représentent la plus grosse part de son régime, puis après vient tout ce qu'il peut trouver sur son territoire, oiseaux, insectes, œufs, fruits sauvages, charognes, lapereaux, et en ville il se nourrit surtout dans nos poubelles. Où sont les dégâts ? Bien au contraire en consommant de grandes quantités de petits rongeurs il est un allié de nos cultures , en consommant les charognes il évite la dissémination des bactéries pathogènes, en éliminant les individus malades il évite la propagation des zoonoses !
C'est possible qu'il tue quelques poules, laissées en divagations aux abords des villages ! Il suffit de garder les poules dans des poulaillers correctement fermés pour les protéger ! Les poules ne devraient jamais être laissées en libre circulation avec les problèmes de grippe aviaire
Comme tout prédateur naturel, le renard participe à la sélection naturelle et élimine d'abord les individus malades ou en grand nombre. Il empêche donc les pullulations tout en maintenant les populations d'espèces proies en bonne santé.

Il proliférerait !
Les études scientifiques ont montré que la taille des portées des renardes s'adapte à la disponibilité alimentaire du territoire où elles vivent, comme pour tous les prédateurs c'est la disponibilité de la nourriture qui définit la taille de leur population. Cette belle adaptation devrait nous permettre de laisser faire la nature, mais elle est mal interprétée par les détracteurs du renard, qui constatant de grosses portées de renardeaux, ne manquent pas de crier à l'invasion !

Il transmettrait des maladies !
Dans les années 70 il fut éliminé massivement car il avait la rage, mais on s'est aperçu que de le tuer facilitait les déplacements des renards infestés et faisait avancer la maladie, c'est en les vaccinant que l'épidémie fut jugulée en 2001. Aujourd'hui il a l'échinococcose alvéolaire, va-t-on refaire la même erreur ? Selon l'OMS il est important de d'abord surveiller nos animaux de compagnie et de les traiter car ce sont d'abord eux qui nous contaminent.
Une étude de 4 ans (2009/2013), sur l'échinococcose alvéolaire, menée par l'Entente de Lutte Interdépartementale contre les Zoonoses (ELIZ) sur Nancy prouvent même qu'une trop forte régulation augmente le taux de renards contaminés de façon inquiétante : En plus d'avoir démontré que l'utilisation d'importants moyens de prélèvement (tirs de nuit compris), était complètement inefficace pour réduire le nombre de renards sur un grand territoire. Après 3 ans de régulation et plus de 1 100 Renard tués, aucune baisse des populations n'a été constatée et le taux de prévalence d’échinococcose alvéolaire est passé de 40% à 75% ! La raison ? Ces destructions intensives modifient sans cesse les structures des populations vulpines qui se retrouvent majoritairement composées de jeunes individus et ces derniers sont beaucoup plus sensibles au parasite.

Alors, pourquoi s'acharner sur le renard ???

Écrire un commentaire

Optionnel