Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

collectif limousin d'action militante pour les animaux - Page 4

  • crise de l’élevage : une détresse sociale prévisible.

    logo rect couleur.jpg

    Mise-en-demeure-pour-la-ferme-usine-des-1000-vaches_article_landscape_pm_v8.jpg

    Tout individu, tout groupe social en détresse mérite une bienveillante attention.

    Les éleveurs manifestent avec une virulence et des modes d’actions que l’Etat ne tolérerait d’aucun autre groupe socio-professionnel.

    Nous entendons leurs problèmes qui valent ceux des salariés du secteur public dont le point d’indice est gelé depuis six ans, celui des personnels hospitaliers soumis à une pression éprouvante, celui des étudiants dont les diplômes n’ouvrent aucuneporte, celui des gens sans emplois, sans perspective, celui des personnes âgées au montant de retraite dérisoire.

    Les militants qui protestent pacifiquement contre les corridas ou pour la défense des sites sans entraver la circulation, sans souiller les rues, sans intercepter des marchandises ne bénéficient pas de la même tolérance.

    Or, l’article premier de la déclaration des droits de l’homme du 26 août 1789, intégré en préambule de la constitution proclame : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ».

    Néanmoins, abstraction faite de la pusillanimité des pouvoirs publics et des différences d’application des lois pénales selon que vous serez agriculteurs ou simples citoyens, salariés, étudiants, demandeurs d’emplois, il convient d’entendre la détresse de ceux qui affirment ne plus avoir les moyens de vivre de leur travail.

    La cause de leur difficultés ne tient qu’au mode de production mis en place par le principal syndicat agricole et par les partis politiques conservateurs et libéraux, à savoir, la loi du marché, la libre concurrence. Le libéralisme économique implique, ici comme en tout autre secteur, une course à  la diminution des coûts de production, à la rentabilité, donc au gigantisme

    Au terme de cette politique, les viandes et le lait seront fournis par d’immenses usines concentrationnaires.

    L’agriculture de demain, dans un régime d’adoration du Marché, se fera sans paysans mais avec quelques unités gérées par des groupements financiers, avec des fermes de mille vaches, mille veaux, des milliers de porcs et  toujours davantage.

    En CREUSE, le syndicat agricole a récemment mobilisé ses adhérents en faveur d’une telle « ferme », dite des mille veaux, sans expliquer que ce mode d’élevage exclura très rapidement l’élevage à l’ancienne.

    La France comptait, il y a une vingtaine d’années, quatre cent mille producteurs de lait. Aujourd’hui, ils sont quatre vingt mille.

    La politique agricole prônée par les productivistes et les partis politiques conservateurs et libéraux tue le paysan et nie les exigences biologiques et éthologiques des animaux, transformés en pures marchandises.

    Car, nos gouvernants, terrorisés par les colères agricoles, nos médias, soucieux de suivre sans trop d’analyse le mouvement, se gardent bien d’évoquer le sort des animaux.

    On nous parle d’abattoirs, de cours des viandes, en oubliant que la vache et le porc sont des êtres sensibles.

     

    Qu’il nous soit permis de le rappeler.

                Gérard CHAROLLOIS

    CONVENTION VIE ET NATURE

    TEL 06 76 99 84 65

     

     

     

  • PIQUE NIQUE VEGETARIEN DU CLAMA LE 27 JUIN

     

     

    Picnic-211.jpg

    Le Collectif Limousin d'Action Militante pour les Animaux (CLAMA) organise le samedi 27 juin prochain au parc de l'Auzette à Limoges son premier pique-nique végé à midi. Tout le monde, végétarien, végétalien, ou simplement curieux de découvertes gustatives, souhaitant participé sera bienvenu. Le principe est d'amener pour celles et ceux qui le peuvent et/ou le souhaitent un met végétarien ou végétalien (avec de préférence une étiquette permettant l'identification) à partager avec tout le monde. Le lieu précis du pique-nique sera repérable par la banderole CLAMA installée ce jour-là au parc de l'Auzette. Nous vous attendons nombreux.

     

    12 H RUE BASSE DES CARRIERS PARC D'AUZETTE

    87000 LIMOGES

  • TOUS A LA COURTINE LE 4 JUILLET

    Cher(e)s ami(e)s,

    La manifestation du 4 juillet prochain est d’une importance capitale, nous devons envahir La Courtine pour dénoncer le projet de Ferme Usine des 1000 veaux !

    Notre victoire contre l’abattoir de Guéret, en mars 2014, a créé un précédent, rendant plus difficile l’implantation de ce type de projet en France entière.

    NOVISSEN obtient aujourd’hui de très bons résultats dans leur campagne contre la Ferme Usine des 1000 vaches.

    En obtenant l’abandon de la Ferme des 1000 veaux nous créerions aussi un précédent dans la lutte contre ce type de projet, au moment le grand public découvre et commence à soutenir les initiatives de résistance à l’agrimafia.

    Pour cela, nous avons besoin de vous tous, citoyens et associations !

    Participez à la lutte, sans votre aide et votre volonté d’agir, nous ne pouvons rien !

    *Diffusez l’information sur les réseaux sociaux, auprès de vos proches… en partageant ce message :

    « Le 4 juillet prochain, l’actualité des luttes contre l’industrialisation de l’agriculture et la négation du bien-être animal dans le cadre de l’élevage et de l’abattage, ce sera à La Courtine ! Venez manifester contre les Fermes-Usines et réclamer l’abandon du projet de Ferme des 1000 veaux !

    Le projet de Ferme-Usine des 1000 veaux, porté par la SAS Alliance Millevaches, sous l’égide de la Fédération des Sans Ethique Agricole (FNSEA), ne repose que sur l’attribution de fonds publics (1,8 M d’euros d’investissement total). Une opposition citoyenne ne peut être ignorée lorsqu’elle est suffisamment forte et nombreuse.

    Si nous ne faisons rien, le futur paysage agricole français sera fait d’immenses bâtiments, où seront parqués, entassés et gavés des milliers d’animaux, dont la seule survie sera assurée par des antibiotiques !

    Chaque citoyen, chaque consommateur détient un pouvoir, celui de s’opposer à la souffrance animale et de refuser d’être trompé par des industriels qui ne prennent plus la peine de cacher leurs malversations et duperies du consommateur.

    Le 4 juillet, devenez acteur et montrez aux industriels et syndicats agricoles sans éthique ni morale, que votre voix, à elle seule, peut mettre à mal leurs profits !

    RDV le 4 juillet 2015, à 13h, Place du 19 mars 1962, à La Courtine (23100).

    Détails et informations pratiques : http://www.collectif-oeda.fr/texte/infos%20manif.html

    Evènement Facebook : https://www.facebook.com/events/640331112734022/ »

    *Diffusez l’information en affichant autour de chez vous et en distribuant des tracts (réservé aux résidents du Limousin) : Commandez gratuitement des affiches et tracts à cette adresse (n’oubliez pas de préciser le nombre d’affiches et de tracts souhaités ainsi qu’une adresse postale) : collectif.oeda@gmail.com.

    *Prenez part à l’organisation de la manifestation !

    Nous avons besoin de bénévoles pour : la mise en scène, la sécurité, porter les banderoles… Contact : collectif.oeda@gmail.com

    *Soutenez l’action par un don !

    Paypal : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=QUNZCKCQ84KKE

    Par chèque (à l’ordre de l’association INSTINCT) : OEDA, chez Aurore Lenoir, 1 rue de l’Ecole 23200 St Avit de Tardes.

    Un sondage pour la réservation d’un car au départ de Paris pour la manifestation est actuellement en ligne sur Facebook afin de connaitre le nombre de personnes intéressées. Si vous souhaitez venir en car depuis Paris, inscrivez-vous vite à l’évènement Facebook :

    https://www.facebook.com/events/1428719884099189/

    Ou envoyez-nous un message : collectif.oeda@gmail.com.

    Le succès de cette manifestation dépend de vous !

    A très bientôt !

     

    Amitiés dns la lutte,
    Aurore LENOIR

  • Ferme Usine des 1000 veaux: La vitrine limousine du mauvais goût !

     

    la courtine.jpg

    Le projet de centre d'engraissement de 1000 veaux, à St Martial le Vieux, dans La Creuse, est une aberration tant sur le plan écologique (situé dans le Parc Naturel Régional de Millevaches), qu'économique, qu'au regard du bien-être animal: Des veaux entassés dans des hangars, engraissés aux compléments alimentaires et aux antibiotiques, abattus 7 mois plus tard.

    La SAS Alliance Millevaches, porteuse du projet, tente d’imposer un modèle agricole intensif sous le terme fallacieux de « durable ».

    Qui est la SAS Alliance Millevaches ? Parmi les premiers actionnaires : Pierre Chevalier (ex président de la Chambre d’Agriculture de la Corrèze et ex président de la Fédération Nationale bovine), Pascal Lerousseau (vice-président de la Chambre d’Agriculture de la Creuse et président de la FDSEA Creuse), Bruno Bunisset (directeur de l’abattoir d’Ussel et du Marché au Cadran)…

    Un projet destiné à alimenter la « malbouffe » et le monopole de l’agro industrie sur un secteur déjà mis à mal, et dont les garanties de pérennité et de viabilité économiques sont si légères qu’elles peinent à convaincre les professionnels.

    La logique commerciale de la SAS Alliance Millevaches nous échappe totalement. L’un de leurs arguments phare consiste à dire que la viande sera vendue sur le marché italien, alors qu’eux-même reconnaissent que ce marché est déjà saturé. Les marchés grec et espagnol sont évoqués mais l’on connait les graves difficultés économiques actuelles au sein de ces deux pays. Demeure un dernier marché possible, bien que peu fiable, comme le reconnait la SAS Alliance Millevaches : le pourtour méditerranéen.

    Par conséquent, nous revenons sur la problématique de l’égorgement en pleine conscience des veaux, en suivant la logique même des porteurs de projet qui, dans le même temps, osent encore affirmer que l’abattage sera conventionnel.

    Par ailleurs, il est précisé, dans le dossier de présentation du projet, que la majorité des animaux seront abattus à Ussel (Corrèze). Quid des 49% restant ?

    Le Groupe Les Mousquetaires Intermarché, via sa filiale viande, Jean Rozé, est en train de finaliser un contrat sur 6 ans, avec la SAS Alliance Millevaches, devenant ainsi l'unique client du futur centre d'engraissement.

    La SVA Jean Rozé a récemment assuré que les veaux seraient abattus avec étourdissement préalable (contrairement à ce qui était annoncé: http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/creuse/2014/11/28/la-ferme-des-mille-veaux-prend-forme-dans-la-creuse_11237214.html). Cependant, l'abattoir d'Ussel (où seraient abattus une partie des veaux), comme celui de la SVA Jean Rozé (en Ille en Vilaine, où il était question, dans un premier temps, d'abattre les veaux), pratiquent déjà largement l'égorgement en pleine conscience. Nous n'avons donc aucune garantie quant au mode d'abattage et les promesses de chacun n'engageront que ceux qui seront assez dupes pour les écouter...

    On peut reconnaitre à la SAS Alliance Millevaches une intelligence rhétorique, bien que parfaitement malhonnête, en usant de termes tels que « durable », « exploitation familiale », « approvisionnement de proximité », ou encore en faisant l’énumération des obligations légales auxquelles tout élevage doit se conformer, comme s’il s’agissait d’un atout ou d’une nouveauté.

    Nous informons le grand public de la réalité de ce projet, la SAS Alliance Millevaches et le Groupe Les Mousquetaires Intermarché s’ingénient à la masquer !

    Il s’agit d’argent public gaspillé, qui aurait pu bénéficier aux nombreuses exploitations agricoles creusoises en difficulté.

    Nous comptons sur la déontologie et le discernement des élus du Conseil Régional pour ne pas accorder de subvention à un tel projet.

    Nous dénonçons la logique industrielle du Groupe Les Mousquetaires Intermarché ainsi que des éleveurs membres de la SAS Alliance Millevaches, prêts à tout pour dégager de nouveaux profits, laissant de côté la santé des consommateurs, l’environnement, comme le bien-être animal.

    Ce projet pourrait être subventionné à hauteur de 625000 euros par l’Etat (75000 euros du Conseil Général, 150000 euros du Conseil Régional; et 400000 euros du Ministère de la Défense, déjà alloués). A cela, il faut ajouter l'emprunt que la Communauté de Communes des Sources de la Creuse prévoit de contracter pour réaliser l'ensemble des travaux du centre.

    Le Conseil régional n'a pas encore délibéré au sujet d'une éventuelle subvention et le contrat avec la SVA Jean Rozé est en cours de finalisation, c'est le moment d'agir en exprimant votre opposition ! Cliquez ici.

    Contact: collectif.oeda@gmail.com

  • Chasseurs français : les deux poids deux mesures de la République

    La Fédération Nationale des Chasseurs ayant menacé que « la colère légitime des chasseurs de gibier d’eau s’exprime sur le terrain avec de grands risques de débordement » en cas de non prolongation de la chasse aux oies, la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, vient de demander à l'Office National de la Chasse et aux préfets de ne pas faire respecter la loi.

    1310152-Chasseur_par_Cabu.jpg 

    Comme tous les ans depuis l'arrêté du 12 janvier 2012 modifiant l'arrêté du 9 janvier 2009, les chasseurs ont fait pression pour obtenir une dérogation leur permettant de chasser les oies au-delà de la limite réglementaire du 31 janvier

    La ministre de l'Écologie, malgré la sympathie qu'on lui connaît envers les chasseurs, n'avait pas pu accéder à leur demande : le Conseil d'État venait d'annuler le 19 décembre l'arrêté dérogatoire pris par son prédécesseur Philippe Martin il y a un an, en janvier 2014.

    D'ailleurs la FNC (Fédération Nationale des Chasseurs) s'étranglait le 15 janvier 2015 :
    « Pourtant, le précédent ministre, Philippe Martin, était passé outre l’avis de sa propre administration et avait signé avec volontarisme un arrêté autorisant la chasse aux oies pour les 10 premiers jours de février 2014. »

    Le 20 janvier, après avoir été reçue par le groupe Chasse de l'Assemblée nationale et par le futur président du Groupe Chasse et Pêche du Sénat, la FNC diffusait un communiqué se concluant par :
    « Sans cette dérogation, il est à craindre que la colère légitime des chasseurs de gibier d’eau s’exprime sur le terrain avec de grands risques de débordement dans les zones littorales concernées. »
    (des débordements dans les zones littorales lors de la Journée Mondiale des Zones Humides, c'eût été dommage...)

    Ceci nous renvoie à janvier 2014, il y a un an, où les chasseurs avaient officiellement annoncé qu'ils enfreindraient la loi et chasseraient en février. Après quoi ils avaient été reçus au ministère de l'Écologie, et ce dernier avait pris le 31 janvier un arrêté prolongeant la chasse aux oies en février (arrêté dont l'exécution avait été suspendue en urgence le 5 février par le Conseil d'État, puis donc annulé le 19 décembre 2014).
    Lire « Chasse : comment appeler à l'illégalité en toute impunité »

    Ayant renoncé à cette dérogation, comment cette fois-ci le gouvernement a-t-il réagi à ces menaces explicites ?
    Simple, en répondant aux chasseurs : « Vous en faites pas, les gars, on peut pas changer l'interdiction, mais vous pouvez flinguer les oies, on vous punira pas ;-) »

    Dans un courrier du 28 janvier, Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, a donné instruction à l’ONCFS (en charge de la police de l’environnement) de ne pas verbaliser les chasseurs d'oies jusqu’au dimanche 8 février inclus.

    Elle est pas belle notre République ?

     

    royal-2555580-jpg_2198011.JPG

    Une théorie du « deux poids, deux mesures » sévit actuellement chez certains Français, selon laquelle certaines communautés ne seraient pas traitées comme d'autres par la République. Instillée par des cliques comme le shit-tank quenellien, le fait qu'elle soit avalée sans recul par tant de jeunes pose bien entendu question. Mais bon, ne mélangeons pas les problèmes.

    Toujours est-il que si une communauté bénéficie d'un « deux poids, deux mesures » , c'est bien celle des chasseurs.

    On a également en mémoire le piégeage du Bruant ortolan dans les Landes, interdit par une Directive européenne applicable depuis 1992, mais faisant l'objet d’une tolérance administrative, les forces de l’ordre ayant pour consigne de ne pas verbaliser, sous les gouvernements de gauche comme de droite. Exactement comme ce fut le cas pour la corrida avant la loi de 1951, notamment durant la première moitié du XXe siècle.

    Bien entendu, il importe de saisir l'Union européenne du comportement du gouvernement français.
    Mais la procédure est interminable, avec d'abord une phase pré-contentieuse (plainte à la Commission pour manquement à une Directive, demande d'information de la Commission à l'État, à savoir en France le Secrétariat général des affaires européennes, mise en demeure par la Commission...), puis en l'absence de réponse satisfaisante, phase contentieuse (saisine de la CJUE, arrêt en manquement sans sanction financière, et en l'absence de mesures, nouvelle saisine de la Commission, pouvant alors aboutir à une condamnation avec sanction financière...)

    Je conclurai, exactement comme l'an dernier, en pointant le message catastrophique que fait passer le gouvernement français par cette décision : les menaces de violences et l'appel à l'illégalité non seulement ne sont pas sanctionnés, mais sont récompensés.

     

     JEAN PAUL RICHIER

     

     

  • Le « choix de Sophie » d'une vache laitière

    Les vaches, comme les humains et tous les autres mammifères, ne produisent du lait que lorsqu'elles ont enfanté. En élevage, chaque année les vaches « laitières » sont inséminées pour donner naissance à un veau. Mère et nouveau-né sont séparés après 24h, malgré l'intensité du lien qui les unit.

    Le récit ci-dessous raconte l'histoire d'une vache ayant donné naissance à des jumeaux et qui tenta de sauver l'un de ses petits, en effectuant un choix similaire à celui du personnage de Sophie dans le roman de William Styron, "Le choix de Sophie". Devant la menace de perdre ses deux enfants dans un camp d'extermination, Sophie avait été contrainte d'en livrer un dans l'espoir de sauver l'autre.

    Les vaches laitières sont des mamans privées de leurs petits. Avant le verre de lait, il y a la douleur d'une mère et la détresse d'un nouveau-né.

     

    vache et veau, une famille

     

    Par le vétérinaire Holly Cheever

    " J'aimerais vous raconter une histoire touchante et vraie. Après avoir obtenu mon diplôme à l'école vétérinaire de Cornell, j'ai fréquemment exercé dans les exploitations laitières de Cortland. J'y étais appréciée du fait de la douceur de mes interventions sur les vaches.

    L'un de mes clients me sollicita un jour pour résoudre un mystère : la veille, dans une prairie, l'une de ses vaches Brune des Alpes avait mis bas pour la cinquième fois dans sa vie. Une fois rentrée à la ferme avec son nouveau-né, son veau lui fut retiré, et elle, conduite en salle de traite. Mais son pis était vide, et il le resta pendant plusieurs jours.

    Après la naissance de son veau, cette vache aurait dû produire près de 47 litres de lait par jour. Cependant, et en dépit du fait qu'elle se portait bien par ailleurs, son pis restait vide. Elle partait au pré le matin après la première traite, revenait pour la traite du soir, et restait la nuit en prairie – c'était un temps où les bovins étaient autorisés à profiter un minimum de certains plaisirs au cours de leur vie – mais jamais son pis n'était gorgé de lait comme celui d'une vache qui a mis bas.

    Je fus appelée deux fois sur place pendant la première semaine suivant son accouchement, mais je ne trouvai aucune explication. Finalement, le onzième jour, l'éleveur m'appela : il avait trouvé la réponse : la vache avait donné naissance à des jumeaux, et par un « choix de Sophie », elle avait livré l'un de ses veaux à l'éleveur et gardé l'autre dans un bois en bordure de prairie. Chaque jour et chaque nuit, elle retrouvait et nourrissait son petit – le seul qu'elle ait jamais pu garder auprès d'elle.
    Malgré mes efforts pour convaincre l'éleveur de laisser la mère et son petit ensemble, il lui fut enlevé et envoyé dans l'enfer des box à veaux.

    Pensez un instant au raisonnement complexe élaboré par cette maman. Premièrement, elle se rappelait la perte de ses précédents petits et la conséquence de rentrer avec eux à la ferme : ne plus jamais les revoir (une situation déchirante pour toute mère mammifère). Deuxièmement, elle formule un plan et l'exécute : si ramener son veau à la ferme signifie le perdre inévitablement, alors elle installera et cachera son autre petit dans les bois, comme les biches, jusqu'à son retour. Troisièmement – et je ne sais comment l'expliquer – au lieu de cacher les deux veaux, ce qui aurait attiré la suspicion de l'éleveur (une vache gestante quittant la ferme le soir, la même vache revenant au matin non-gestante mais sans progéniture), elle lui en a donné un et gardé l'autre. J'ignore comment elle a pu faire cela – il aurait été plus probable qu'une maman désespérée tente de cacher ses deux petits.

    Tout ce que je sais, c'est qu'il se passe derrière ces yeux magnifiques beaucoup plus de choses que nous, humains, n'avons jamais voulu voir. En tant que maman, qui ai pu élever mes quatre enfants, et n'ai pas eu à souffrir de la perte d'un seul d'entre eux, je ressens sa douleur."

    Holly Cheever, Docteur en médecine vétérinaire

    Vice Presidente du New York State Humane Association